dimanche 20 mai 2012

Le mouvement punk

Il s'agit aujourd'hui de s'intéresser au mouvement punk. Si celui-ci touche autant à la musique qu'à un certain état d'esprit, je traiterai surtout dans cet article de son influence sur la mode. Avant d'aborder les codes de la mode punk et sa présence dans la sphère de la haute-couture, un point sur l'origine du mouvement.
Girl Punk, tableau de Candace Bahouth datant de 1980 - source : V&A
Les origines du mouvement punk.
Le mot "punk" tout d'abord, ce terme anglais signifie "voyou", d'emblée, le ton est donné ! Ce mouvement apparaît en 1975 dans un contexte de profond malaise social (c'est la fin des Trente Glorieuses, le début de la montée du chômage, les jeunes prolétaires s'interrogent sur leur avenir). Les punks expriment un anticonformisme et un refus de l'ordre établi à travers une mode vestimentaire et une musique conçues pour la provocation.
Photographie intitulée "le coût de la vie - une punk avec sa mère" de Parr Martin, en 1986 - source : RMN
Le mouvement punk c'est aussi une réaction à la mièvrerie "peace and love" des hippies. Un groupe comme les Sex Pistols, initiateur du mouvement punk, se place en total opposition face à l'idéologie et le style baba cool, c'est une donnée essentielle pour bien comprendre cette mode. 
Les punks veulent donc choquer, ils se révoltent contre les valeurs établies, contre la monarchie anglaise par exemple, ils sont souvent proches du nihilisme (avec des slogans comme "No future") ou de l'anarchie. Le mouvement punk possède une composante intellectuelle forte car il s'inspire de l'Internationale situationniste qui critique la société de consommation et le capitalisme, c'est pourquoi le punk cherche à tout fabriquer lui-même, c'est le DIY, Do It Yourself. Ainsi le costume punk, si on peut dire, emprunte des éléments vestimentaires venant de diverses influences.

Le cuir à son apogée. 
Le blouson de cuir revient au goût du jour avec le mouvement punk. Mais pour se différencier du style rock'n'roll, le vêtement est revisité et accessoirisé d'épingles, têtes de mort, badges, chaînes de vélo... Symbole de la jeunesse et de la rébellion, le blouson de cuir noir sera même interdit dans certaines écoles.
Sid Vicious, bassiste des Sex Pistols, est mort en 1979 à 22 ans d'une overdose d'héroïne, il incarne le syle punk avec ses tee-shirts débraillés et ses blousons de cuir - source
Nancy Spungen, groupie et compagne de Sid Vicious, morte assassinée en 1978, crime jamais résolu, elle a connu tous les excès de drogue de son amoureux et son style vestimentaire est indissociable du mouvement punk - source
Basique de la tenue punk, le blouson de cuir noir c'est surtout le Perfecto de la Schott Company. C'est en 1928 qu'Irving Schott invente le Perfecto, blouson pour les motards, on sait le succès qui suivra. Un Perfecto se ferme par un zip décentré sur le devant, les poches et le bas des manches sont aussi zippés, la taille est resserrée à la ceinture et enfin, le col est garni de boutons à pression.
The Ramones, considéré comme le premier groupe de punk, créé en 1974, leur look quelque peu négligé, blousons, cheveux longs, jeans déchirés, est rapidement copié - source
The Clash, groupe punk britannique avec Joe Strummer entre autres, dans le même trip blouson de cuir - source
Sexe et fétichisme.
Le punk emprunte aux vêtements fétichistes. Deux personnalités d'envergure jouent un rôle fondamental en fournissant des tenues punk en prêt-à-porter : Malcolm McLaren (manager des Sex Pistols) et son ex-femme Vivienne Westwood.
Vivienne Westwood et Malcolm Mc Laren (il est mort en 2010) dans les années 70 - source
Tous deux possèdent un magasin de vêtements à Londres sur King's Road appelé "Sex" ouvert en 1974. Celui-ci propose des vêtements en latex et de style bondage fétichiste ainsi que des créations de Vivienne Westwood. Jusqu'à cette période, ces vêtements sexy et tenues fétichistes ne se vendaient que sur catalogue.
La fameuse boutique à l'enseigne en latex fluo rose, à l'intérieur on y trouve entre autres des masques gonflables en latex, des fouets, des menottes, des chaînes et des bottes à talons aiguilles, les clients y commandent des costumes en latex sur mesure. La plupart des tendances sexuelles y sont explorées - source
Pantalon et veste bondage réalisés en 1976 par Westwood et McLaren. Ce costume rappelle le vêtement fétichiste, le look militaire. Les sangles de style bondage ont profondément choquées. L'ensemble deviendra pourtant la tenue punk typique les années suivantes - source : V&A
La vendeuse de la boutique, Jordan (de son vrai nom Pamela Rooke) devient l'égérie de la mode punk proche du courant sexy et fétichiste. Ses apparitions font de la publicité pour le magasin qui habillera notamment les membres des Sex Pistols.
Jordan aka Pamela Rooke, cette punkette venait travailler vêtue de collants en vinyle ou de bas résille, minijupe ou tenues en latex, pour ajouter à l'ensemble, elle portait un maquillage noir charbon et des cheveux blonds décolorés - source
Le tee-shirt, outil de provoc'
Le tee-shirt punk est déchiré, usé, troué, comme ceux que réalise Vivienne Westwood dans sa boutique Sex. Le public est consterné, les punks adorent. La styliste se contente de coudre grossièrement deux carrés de tissu, le tout est unisexe, autant pour les hommes que pour les femmes. En cela Vivienne Westwood applique l'idée du Do It Yourself, créant des vêtements faciles à faire à soi-même. Ses tee-shirts arborent des messages et des images très provocatrices. Voici quelques exemples au sommet de la provocation :
A gauche, le tee-shirt des deux cow-boys, au centre, Vivienne Westwood porte le tee-shirt destroy avec la svastika, symbole religieux très ancien devenu par la croix gammée symbole du nazisme, à droite, le tee-shirt du violeur de Cambridge - source 1 ; source 2 ; source 3
Johnny Rotten, chanteur des Sex Pistols, portera le fameux tee-shirt aux deux cow-boys. Les deux hommes qui se tiennent face à face, sans pantalon, exhibent leurs parties intimes et se touchent presque, c'est évidemment une référence à la culture gay. Le tee-shirt du violeur de Cambridge reproduit la photo de la cagoule de latex portée par un violeur qui sévit alors à Cambridge. Ces vêtements font scandale et sont fréquemment retirés de la vente.

Ça déchire !
Richard Hell, membre du groupe Richard Hell and The Voivoids, revendique la paternité du vêtement porté déchiré mais on peut remonter jusqu'à Marlon Brando dans Un tramway nommé désir, pour en trouver les toutes premières traces.
A gauche, Richard Hell et son célèbre tee-shirt sur l'album Black Generation ; à droite, Marlon Brando dans un Tramway nommé désir - source 1 ; source2
Mais cela ne concerne pas que le tee-shirt, les pantalons slims des punks ou les collants des filles sont tout aussi déchirés et troués. Les bas résilles reviennent à la mode. L'idée d'autodestruction, que l'on retrouve dans l'abus de drogue de certains musiciens punks, est une donnée essentielle de ce mouvement.
Johnny Rotten, chanteur des Sex Pistols, et son tee-shirt débraillé - source
Nancy Spungen et ses collants élimés - source
Un tissu emblématique : le tartan.
Les punks vont s'approprier le tartan et revisiter son usage au fil de leurs inspirations. Le port du tartan a été interdit au XVIIIème siècle aux Écossais lorsque ces derniers ont été ralliés à la couronne d'Angleterre. Porter le tartan est donc un signe de sédition, c'est ce qu'en retiennent les adeptes du mouvement punk. Les punks porteront notamment des kilts sur des pantalons bondage. Ce tissu devient ainsi un motif emblématique du style punk.
Ensemble réalisé par Westwood et McLaren dans les années 70, reprenant le tartan et le kilt écossais -source : MET
Les chaussures punks.
Un vrai punk ne négligerait pour rien au monde la paire de pompes qui saura renforcer au mieux l'ensemble de son style. Les chaussures qui caractérisent les premiers punks sont les creepers. Ce sont des chaussures épaisses et lourdes inspirées de l'influence du rockabilly et des Teddys boys. Ce sont toujours Westwood et MacLaren qui remettent au goût du jour ces chaussures. Elles se nouent sur le dessus à l'aide d'un laçage comprenant deux trous. La semelle est invariablement compensée. Le plus souvent noires, on trouve aussi des modèles de creepers colorés.
Le groupe Green Day  porte des creepers, ces Américains sont les dignes héritiers des groupes punks des années 70 depuis qu'ils se sont formés en 1987 - source 1 ; source 2
Les Doc Martens, inventées par l'Allemand Klaus Maertens, dont le brevet sera racheté par un anglais en 1959, vont connaître un formidable succès. Ces chaussures se reconnaissent facilement grâce à la semelle translucide au système de coussin d'air, à la languette noire au talon ou encore aux coutures jaunes. Les Doc deviendront l'emblème des mouvements contestataires affiliés aux punks mais aussi skinheads. Les rangers seront aussi des chaussures récupérées par les punks qui s'amusent à détourner ces chaussures militaires.
Jeunes punks portant des Doc Martens - source
Les accessoires.
Parmi les accessoires privilégiés des punks on trouve les chaînes, comme les chaînes de vélo portées à l'épaule ou au bassin. Colère et violence sont au cœur de l'attitude punk, la présence de clous sur les bracelets de force ou les ceintures, pouvant servir d'armes, en sont l'illustration. Mais les blousons de cuir peuvent aussi être cloutés. Les bagues têtes de mort réaffirment le côté provoc', elles jouent un peu le rôle des Vanités du XVIIème, rappelant que tout est vain car Memento Mori !
Siouxsie Sioux porte des bracelets de force à grelots, Nancy Spungen, elle, a sorti les clous, enfin Sid Vicious arbore fréquemment une chaîne autour du cou dont les deux extrémités sont scellées par un cadenas - source 1 ; source 2 ; source 3
L'épingle à nourrice est un autre leitmotiv vestimentaire, dont Richard Hell serait sans doute l'initiateur. Celle-ci permet de rafistoler à la va-vite les vêtements sales et abîmés, les punks adorent. Tout comme les piercings et les badges ornés du A d'anarchie, de l'étoile rouge du communisme, du drapeau britannique ou encore de têtes de mort.
Blouson customisé avec des badges entre autres, datant de 1977 - source : V&A
Punk et piercings à gogo sans parler des tatouages ! - source
Badges divers : anti-reine, tartan et tête de mort - source
La coiffure punk : tout un art.
Par opposition aux hippies, les punks se rasent souvent les cheveux ou les portent courts.  Plusieurs coupes sont emblématiques. Les cheveux en pétard de Sid Vicious ou de Vivienne Westwood, la coiffure informe de Siouxsie Sioux. Outre le noir corbeau, les coiffures se colorent comme le fait Johnny Rotten avec un roux incandescent. Dans l'imaginaire collectif, la coiffure punk c'est surtout la crête iroquoise et les mèches flashy.
Pour obtenir la crête iroquoise, on rase tout sauf le dessus du crâne, on lisse ensuite les mèches à la verticale, cette mode est extrêmement controversée et symbolise la rébellion punk - source ; Elle s'inspire d'un style de coiffure attribué aux Mohawks, tribu indienne d'Iroquois, la référence à ce peuple considéré il y a longtemps comme "sauvage" mais aussi victime de la barbarie des colons européens tombe à pic pour les rebelles punk - source
Soo Catwoman remporte la palme de l'originalité avec cette indescriptible coiffure, cette punk britannique a quelque peu disparu de la circulation depuis les années 70 - source

Le maquillage chargé sinon rien.
C'est la touche final du look punk. A l'origine, l'effet recherché est la pâleur maladive. Pour cela, lèvres et yeux sont souvent surchargés de noir. La chanteuse Siouxsie Sioux pousse ce maquillage à l'extrême.
Siouxsie Sioux aka Susan Ballion, chanteuse britannique née en 1957 du groupe Siouxsie and The Banshees - source 1 ; source 2
La mode punk et la haute-couture.
En dehors du mythe punk Vivienne Westwood qui continue de créer des vêtements et organiser des défilés, d'autres stylistes ont joué un rôle dans le mouvement punk sur les sphères de la haute-couture. Zandra Rhodes est connue pour avoir présenté la première collection de haute-couture inspirée du look punk en 1977. Ce mouvement va inspirer des couturiers comme Jean-Paul Gaultier, Marin Margiela ou Thierry Mugler, entre autres. Petit florilège :
La styliste Vivienne Westwood et une photographie de son défilé Printemps-Ete 2012 ; l'excentrique dame de 70 ans a révolutionné la mode du XXème siècle, d'abord huée, arrêtée pour son style iconoclaste, elle deviendra ensuite "Officier de l'Empire Britannique" - source 1 ; source 2
Zandra Rhodes et son look qui parle de lui-même, à côté une de ses créations datant de 1973 conservée au Metropolitan Museum of Art - source 1 ; source 2
Jean-Paul Gaultier avec une ébauche de coiffure punk et une photographie du défilé Printemps-Ete 2010 - source 1 ; source 2
Le look punk influencera de nombreux styles comme le gothique, le mouvement skinhead proche de l'extrême-droite ou encore le métal. Les punks malgré leurs excès restent un modèle de rébellion et ont marqué la mode d'une trace indélébile.

Et finissons en musique ! (Bien qu'un peu hors sujet, cette chanson du groupe Siouxsie and the banshees datant de 1992 mais j'adore la mélodie et l'ambiance du clip. La chanteuse a vieilli et abuse moins du fard à paupières)
Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires :

  1. merci pour votre article très intéressant (comme tous les autres d'ailleurs) . Mais juste un détail,à titre informatif, je crois qu'il existe des skin head communistes (red skin) ainsi que des sharp Skin Head Against Racial Prejudice . Pas forcément extrème droite donc. Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
  2. merci pour les précisions, ne jamais oublier comme le précise l'article que le punk, c'est surtout du Do It yourself (et pas du Jean Paul Gautier) :)

    RépondreSupprimer
  3. Ce dont je me souviens de la mode punk c'était surtout les filles habillé en mini jupe moulant et leurs collants bas resille et leurs coupes de cheveux
    Elles étaient vraiment sexy.

    RépondreSupprimer